Selon un sondage, la majorité des Canadiens souhaite recevoir des conseils en placement d’une source réglementée

Type d’avis : Communiqués> Généralités

Personne(s)-ressource(s) :

Andrea Zviedris
Chef des relations avec les médias et des affaires publiques
Téléphone :
Courriel :

Une étude menée par l’OCRCVM révèle des écarts entre le point de vue des investisseurs actuels et celui des investisseurs potentiels à propos de la réglementation

Le 21 janvier 2020 (Toronto, Ontario) – Selon un sondage national mené par l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM), près de 9 investisseurs actuels sur 10 (87 %) et près de 7 investisseurs potentiels sur 10 (67 %) estiment important que les conseils en placement soient donnés par une société ou un professionnel réglementé.

En collaboration avec le cabinet The Strategic Counsel, l’OCRCVM a mené ce sondage auprès de plus de 2 000 investisseurs actuels et investisseurs potentiels (ceux qui souhaitent investir, mais ne le font pas). Le sondage a aussi révélé que plus des trois quarts des investisseurs actuels sont convaincus que le secteur des valeurs mobilières au Canada est bien réglementé, alors que moins de la moitié des investisseurs potentiels partagent cet avis.

VOICI QUELQUES POINTS SAILLANTS DU SONDAGE

  • 87 % des investisseurs actuels et 67 % des investisseurs potentiels :
    • estiment important que les conseils qu’ils reçoivent proviennent d’une société ou d’un professionnel réglementé.
  • 76 % des investisseurs actuels et 48 % des investisseurs potentiels :
    • sont convaincus que le secteur des valeurs mobilières au Canada est bien réglementé.
  • Toutefois, 31 % des investisseurs actuels et 44 % des investisseurs potentiels :
    • pensent qu’un outil en ligne offre une protection réglementaire inférieure à celle offerte par un être humain.
  • Les investisseurs âgés de 65 ans ou plus sont plus susceptibles de croire que les services-conseils en ligne offrent une protection réglementaire inférieure à celle des services-conseils en personne (43 %).
    • Ils sont aussi moins susceptibles d’utiliser un outil ou un service de placement automatisé en ligne pour obtenir des renseignements ou des conseils (8 %).

L’OCRCVM réglemente la compétence, les activités et la conduite financière de plus de 170 courtiers en placement canadiens et des quelque 29 000 employés qui y travaillent, en vertu des ordonnances de reconnaissance délivrées par des commissions des valeurs mobilières provinciales et territoriales. Il surveille également les opérations effectuées sur tous les marchés canadiens des titres de capitaux propres et des titres de créance.

En vertu des règles de l’OCRCVM, les modèles de services-conseils en placement en ligne doivent satisfaire aux mêmes exigences strictes que les modèles de services-conseils complets offerts en personne. Ainsi, les plateformes de conseil en ligne sont assujetties aux mêmes obligations en matière de connaissance du client et de convenance que les conseillers traditionnels.

Il existe aussi des plateformes d’exécution d’ordres sans conseils, aussi appelées services de courtage à escompte ou services de courtage direct, où les investisseurs prennent leurs propres décisions de placement sans recevoir de conseils de la part du courtier. Ces plateformes ne sont pas assujetties aux mêmes obligations en matière de connaissance du client et de convenance. Peu importe qu’un investisseur fasse affaire avec un conseiller (en personne ou en ligne) ou effectue lui-même les opérations, il est important qu’il sache de quelles protections réglementaires il jouit en fonction de son type de compte ou de relation.

Citations

« Il est encourageant de constater que la plupart des investisseurs canadiens considèrent que le secteur des placements canadien est bien réglementé. En même temps, il est préoccupant de voir que les personnes qui n’investissent pas encore ne partagent pas cet avis. En connaissant mieux le point de vue des Canadiens sur la réglementation du secteur des placements, nous serons en mesure de mieux dissiper leurs préoccupations et d’aider les investisseurs à avoir un meilleur accès aux services-conseils dont ils ont besoin pour atteindre leurs objectifs financiers. »
– Kathy Engle, vice-présidente aux stratégies de l’OCRCVM

« Une forte majorité d’investisseurs canadiens considèrent important que les conseils proviennent d’une société ou d’une personne réglementée, ce qui montre qu’ils sont conscients des avantages de faire affaire avec une société ou une personne inscrite auprès de l’OCRCVM. Les conseillers en placement inscrits auprès de l’OCRCVM doivent se conformer à des normes déontologiques et professionnelles strictes et respecter les règles de notre organisme pour pouvoir offrir leurs services aux investisseurs, ce qui représente une protection importante pour ces derniers. »
– Irene Winel, première vice-présidente à la réglementation des membres et aux stratégies de l’OCRCVM

« L’OCRCVM souhaite rendre ses règles plus souples et plus proportionnées afin de répondre aux attentes et aux besoins financiers changeants des Canadiens, tout en veillant à ce que les investisseurs demeurent protégés, peu importe la façon dont ils choisissent d’obtenir des services-conseils et d’autres services financiers. »
– Andrew J. Kriegler, président et chef de la direction de l’OCRCVM

À propos du sondage

En collaboration avec The Strategic Counsel, cabinet national indépendant spécialisé en recherches, l’OCRCVM a sondé un panel en ligne à l’échelle nationale pour analyser la façon dont les Canadiens voient l’accès et les obstacles à l’accès aux services-conseils en placement. Plus de 1 500 investisseurs actuels et plus de 500 investisseurs potentiels ont pris part au sondage.

Ce sondage fait partie du travail entrepris par l’OCRCVM pour mieux comprendre la façon dont les Canadiens souhaitent obtenir des conseils, des produits et des services financiers et pour recueillir leurs points de vue sur la transformation du secteur des placements. Il fait suite à la consultation que l’OCRCVM a menée auprès de dirigeants du secteur sur les façons de favoriser l’évolution des services- conseils au Canada.

Pour en savoir plus sur le sondage de l’OCRCVM et consulter d’autres résultats, cliquez sur les liens ci-dessous :

Accès aux services-conseils

Selon un sondage, plus d’une moitié des Canadiens qui n’investissent pas invoquent leur manque de connaissances et de confiance en eux

Selon un sondage, la majorité des Canadiens souhaite accéder à des produits et services financiers en un seul endroit

***

À propos de l’OCRCVM

L’OCRCVM est l’organisme d’autoréglementation pancanadien qui surveille l’ensemble des courtiers en placement et toutes les opérations que ceux-ci effectuent sur les marchés des titres de capitaux propres et des titres de créance au Canada. L’OCRCVM établit la réglementation en matière de commerce des valeurs mobilières, veille à la protection des investisseurs et renforce l’intégrité des marchés tout en favorisant des marchés financiers sains au Canada. Il s’acquitte de ses responsabilités de réglementation en établissant et en faisant appliquer des règles qui régissent la compétence, les activités et la conduite financière de plus de 170 courtiers en placement canadiens et des quelque 29 000 employés inscrits qui y travaillent, dont la plupart sont communément appelés conseillers en placement. L’OCRCVM établit et fait appliquer également des règles d’intégrité du marché qui régissent les opérations effectuées sur les marchés canadiens des titres de capitaux propres et des titres de créance.

-30-